PDA

Afficher la version complète : Microsoft soigne son image... et recrute à la source !



thveillon
26/11/2007, 19h51
Microsoft met les pieds à l'université de Lyon 1 s, sans doute pour soigner son image et assurer un recrutement à la source.


L'accord paraphé par la direction française de Microsoft porte sur un engagement de 180.000 euros sur trois ans et donnera la possibilité aux étudiants de réaliser des stages et d'avoir un accès prioritaire aux offres d'emploi chez Microsoft.

La dépêche sur le site du Monde. (http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-33366556@7-37,0.html)

Toutes les méthodes sont bonnes pour pénétrer le secteur de l'enseignement, utilisateur important de logiciels libres et multipliant les initiatives dans ce domaine.

Eric Boustouller, président de Microsoft France, a toutefois précisé que l'université et ses 85 laboratoires, étaient libres d'utiliser les logiciels comme il leur plairait. ... on attend de voir...

Agemen
26/11/2007, 21h23
Bon, on va dire que je balance un troll, mais c'est pas comme si l'accord était passé avec une école d'ingénieur... Je sais pas si de tels accords existent avec des ENSI, des Centrale ou des Mines... en tout cas, ça existe pas à centrale nantes^^

oh!rocks
26/11/2007, 21h38
Originally posted by Agemen
Bon, on va dire que je balance un troll

Et un beau ! :D
6,5 sur l'échelle de Stallman ! :lol:


à plus,

oh!rocks

Agemen
26/11/2007, 21h41
Désolé, vraiment "^_^
Je dirais bien que pour l'unversité en question, c'est une bonne chose, ça donne des sous... pas beaucoup, mais quand même^^

xiloa
27/11/2007, 00h10
sans commentaire.

don t feed the troll

blackenergy
27/11/2007, 15h08
Bonjour,
Je pense que çà dépasse largement la trollitude. C'est d'ailleurs un sujet qui est d'actualité pour pas mal de parents d'élèves, d'habitude plutôt dans le primaire et secondaire : l'entrisme des sociétés commerciales dans l'Education Nationale comme dans l'Univerité. Tiens, c'est même un sujet brûlant de l'actualité : le financement (privé) de l'enseignement (public).
L'insuffisance de moyens de l'Université doit-elle trouver sa solution dans le financement privé ou dans le budget de la Nation?

Agemen
27/11/2007, 19h51
Je sais pas si on peut se lancer là dedans.... avis aux modos : si mon post est déplacé, vous le virez. J'ai pas envie de foutre la merde...
Je dis souvent (en rigolant, bien sur!) du mal des universités. Parceque (vous l'aurez compris) j'ai choisi une voie différente... Mais ce que je perçois, souvent, c'est que les Universités manquent, en effet de fonds... mais pas les écoles d'ingénieurs. Pour prendre l'exemple de la mienne (je ne connais pas bien les autres, fatalement), il y'a effectivement des contrats qui sont signés très fréquemment avec le privé, sur des sujets parfois extrêmement sensibles, classés confidentiels. Et ça rapporte des sous, inutile de le dire. Bien entendu, les élèves ne font qu'une part très faible du travail, l'essentiel des compétences n'étant disponible que chez les profs, les étudiants en master de recherche et les thésards. La cagnotte s'élève en fait à plusieurs millions d'euros par an... Du coup, j'ai envie de poser une question.
Pourquoi les facs ne pourraient-elles pas faire pareil? Les facultés de science disposent, par essence, d'un nombre très important d'enseignants chercheurs, et d'élèves qui sont là pour apprendre. Et les entreprises sont très ouvertes aux partenariats avec les structures d'enseignement, puisque cela leur permet de développer des technologies à moindre cout. Pour les facultés/universités, c'est un moyen de se "remplir les poches" (je sais, là, je caricature à mort... ^^). Et de pouvoir acheter/entretenir le matériel nécessaire pour être au niveau technologique de l'industrie. Et ainsi de se donner les moyens aux élèves qui ne veulent pas devenir enseignants ou chercheurs d'être formé au mieux. Il n'est bien entendu pas question pour les facultés d'être gérées par des entreprises... Je n'ai jamais entendu parler d'écoles d'ing' qui seraient sous le joug d'une grande multinationale, que ce soit dans les ENSI, les écoles des Mines, les écoles Centrale ou les autres... En s'offrant la possibilité de se doter d'un "soutien financier privé", qui correspond en fait à un échange d'un service contre de l'argent, les facultés iraient de l'avant, je pense. Les contrats sont de l'ordre du contrat de travail. Il n'y pas d'influence sur la politique des facultés...
Cependant, j'avoue que plusieurs choses me gênent... On parle de rivalité entre les facs... de facs riches/ facs pauvres... de sélection plus rude à l'entrée... c'est moche. Pour ce qui est de la rivalité, je pourrais dire que les chercheurs sont généralement tous compétents. Après tout, ils ont leur diplôme... mais je ne sais pas si ça correspond à une réalité. Par conséquent, on pourrait constater une différence de revenus entre les facs.
Pour ce qui est de la sélection, elle a lieu aussi à la fac. Plus tard. Les élèves abandonnent, ils vont faire autre chose, parfois travailler à l'usine... mais la sélection a été interne. Peut être que c'est plus juste, je ne sais pas, je suis dans un système ou la sélection se fait dès la prépa, alors...
Pour finir, je dirais qu'un point que je ne saurais accepter serait l'augmentation des frais d'inscription. La faculté doit rester ouverte à tous. Mais il ne me semble pas qu'il soit question d'une sélection par l'argent... Ce serait fondamentalement inacceptable. D'ailleurs, je trouverais ça incompréhensible : les facultés, en usant de partenariats avec le privé, feraient des bénéfices. Donc une augmentation des cottisations pour faire rentrer de l'argent n'aurait pas de sens...

Je n'ai pas parlé des facs littéraires/droit/médecine/commerce... Je ne connais pas ces systèmes... déjà que je connais mal le mien. Si je suis encore intervenu, ce n'est pas pour faire de la polémique. J'ai autre chose à faire. Ce serait plutôt pour avoir vos avis, afin de pouvoir améliorer la qualité de mon point de vue. Je sais qu'il y'a forcément des divergences d'opinion. Mais comme je l'ai dit, si les modos pensent que c'est déplacé... qu'ils virent mon message. (par contre, un piti mp pour me dire que le message c'est tiré... :P ^^)

PS : pour approfondir, je dirais qu'une augmentation des prix d'entrée à la fac serait une atteinte grave à la liberté et à l'égalité des étudiants, ce que je ne pourrais tolérer... A contrario, je ne pense pas que les contrats avec le privé puissent avoir ce genre de répercussions.

phoenix
27/11/2007, 20h00
Je répond juste par deux questions simples : quelle est le pourcentage de la population qui a accès aux écoles d'ingé, et le pourcentage de la population qui a accès à la fac ?

Quel est le montant que l'Etat met sur un étudiant de fac par rapport à celui d'un autre étudiant ?

En répondant à ces deux questions, on a déjà beaucoup d'éléments de réponse....

oh!rocks
27/11/2007, 20h18
Et le risque existe que les multinationales fassent main basse sur les programmes et l'équipement des Universités en échange de subventions... J'imagine mal Microsoft heureux de financer un projet libre concurrent d'un de ses produits phares... Mosanto, des études contradictoires sur les risques (ou les non-risques) des cultures OGM...

Que les entreprise mettent au pot, oui, puisqu'elle récupèreront ensuite des étudiants mieux formés mais qu'elles participent aux programmes, non !

Un système de financement intéressant pourrait être une forme de fondation : une partie des fonds selon une taxe sur les bénéfices après impôts (ça remplacerait avantageusement pour la collectivité les caisses noires de l'UIMM...) à fixer donc par le gouvernement plus une partie directement par les entreprises en échange de pré-recrutement (forme à définir) et une dernière partie sur le budget des Régions (les Universités restant dans le public).

Mais, bon, ne rêvons pas...


à plus,

oh!rocks

Heero_Yuy
28/11/2007, 09h39
Pour répondre à une partie du post de Agemen, lorsque j'étais en fac, le département IUT GEII (Institut Universitaire Technologie - Génie Electrique et Informatique Industrielle) disposait du matériel pour réaliser des cartes électroniques, ce qui permettait à certaines entreprises de pouvoir faire réaliser leurs cartes à moindre coût, tout en permettant aux étudiants de se former ;)

Je trouvais l'idée intéressante et je la trouve toujours intéressante, car ça permet de ramener de l'argent à ce département. Et donc, ça revient un peu à ce que tu as dit Agemen. Faire profiter des compétences de la fac aux entreprises tout en ramenant des sous pour améliorer les équipements.

Mais bien entendu, il s'agit là d'un partenariat entre l'Université et les entreprises. Et je ne pense pas que ces dernières ont intérêt à intervenir sur le programmes des facs, ou alors, juste pour permettre à ces facs de connaître la réalité du travail. Pourquoi je dis cela. Tout simplement, parce qu'un article paru sur Cadremploi.fr montre que les formations universitaires et des grandes écoles ne correspond plus vraiment à la réalité du travail, notamment dans l'Informatique. Voici un extrait :

<div class='quotetop'>Citation </div>
Le secteur des SSII a de plus en plus de mal à recruter, qu’il s’agisse de profils expérimentés ou de débutants. Trois raisons expliquent ces difficultés. La première est que la formation n’est pas adaptée au marché : d’une part les exigences relatives aux nouvelles technologies imposent un recrutement à bac+4 ou +5, d’autre part les écoles d’ingénieurs ne répondent pas tout à fait aux besoins technologiques actuels (.Net, SOA, PGI…). Résultat, les entreprises sont obligées de former sur le tas le jeune diplômé, ou bien elles recourent à l’alternance.[/b]

(Source : Cadremploi.fr (http://www.cadremploi.fr/emploi/revue_presse?act_code=50323191#50323301))

Et concernant l'argent alloué pour la Recherche, je dois dire qu'à la Fac où j'étais, et bien, il arrivait qu'il en manque. Il faut dire qu'il y a un bon nombre de laboratoire de Recherche : entre l'électronique, l'automatique, l'informatique, les maths, la mécanique, la biomécanique... ça en fait des projets de recherche pour lesquels il faut de l'argent.

Mais je le répète, ce ne serait pas une bonne chose que les entreprises viennent mettre leur grain de sel dans le fonctionnement des facs.

Agemen
28/11/2007, 14h19
Il y'a quelque chose que je n'ai pas compris... Est-il prévu que les entreprises puissent influer sur les programmes de fac? Ce serait quelquechose que je ne comprendrais pas, mais ce n'est pas l'information que j'ai reçue de la presse... Car les entreprises n'ont pas d'influences sur le choix des programmes d'écoles d'ingénieurs. Et ce malgré cette espèce de reloation intime qui lie les écoles au privé.

Bon, ça a acun rapport avec la discussion que j'ai lancée, mais ça revient au sujet initial. Et puis ça m'a fait marrer, faut que je raconte :D. En fait, Microsoft joue aussi avec les écoles d'ingénieurs : dans beaucoup d'écoles, Microsoft propose deux "places" de Microsoft Student Partner... Les deux personnes concernées gagnent des places pour des conférences touchant aux nouvelles technologies... Et on vient de me proposer la place :D. Sur le coup, ça m'a fait marrer... J'aurais peut être du accepter, c'est peut être une bonne solution pour se faire des contacts dans le monde de l'informatique... mais ça m'embête, ça s'appelle Microsoft machin...^^

Heero_Yuy
28/11/2007, 14h23
Il y'a quelque chose que je n'ai pas compris... Est-il prévu que les entreprises puissent influer sur les programmes de fac? Ce serait quelquechose que je ne comprendrais pas, mais ce n'est pas l'information que j'ai reçue de la presse... Car les entreprises n'ont pas d'influences sur le choix des programmes d'écoles d'ingénieurs. Et ce malgré cette espèce de reloation intime qui lie les écoles au privé.[/b]

Normalement, les entreprises n'ont pas à influer sur les programmes des facs, mais les étudiants ont peur que cela arrive avec la loi Pécresse, c'est en partie ce pourquoi ils manifestent. Mais normalement ce ne sera pas le cas.

Agemen
28/11/2007, 14h26
Merci pour cette précision!
Aux dernières nouvelles (ouest france de ce matin), l'argent dépensé par étudiant va être augmenter de 3000€ par an... bonne nouvelle je trouve! Par contre, j'ai beau être breton, je peux pas cautionner l'attitude irresponsable qu'adoptent (de nouveau?) certains étudiants de Rennes... mais bon...

Burn2
28/11/2007, 23h56
Normalement, les entreprises n'ont pas à influer sur les programmes des facs, mais les étudiants ont peur que cela arrive avec la loi Pécresse, c'est en partie ce pourquoi ils manifestent. Mais normalement ce ne sera pas le cas.[/b]
Sauf que c'est déjà le cas indirectement et encore heureux! Par exemple dans les iuts le programme est fortement influencé par les entreprises, des intervenants de diverses entreprises viennent donner des cours et heureusement pourquoi?? Parce que vous imaginez vous avec un diplome pondu par une personne qui n'a aucune relation avec le monde du travail??? Un diplôme qui ne correspond pas à la demande??? Et donc aucune utilité sur le marché????

Les gros problèmes qui se posent avec cette lois, c'est surtout pour le monde de la recherche: si les entreprises investissent par le choix du directeur, la recherche appartiendra toujours au domaine public??? j'en doute... Et c'est la le gros gros problème en mon sens!

Pour l'investissement, il faut savoir qu'il n'est pas obligatoire et qu'il est au bon vouloir du directeur, concraitement s'il choisit ce mode de financement c'est que ça rapportera plus pour sa fac. Problème: quid des facs de lettre ou le directeur n'aura pas à faire ça ???
Ben ils ne gagneront rien de plus et donc augmentation des différences niveau budget... Mais ils auront autant niveau aide de l'état hein ça ça ne changera que si leur directeur voie un intérêt quelconque à prendre l'investissement et abandonner les subventions de l'état.

L'autre problème, c'est que le directeur des fac récupère pas mal de pouvoir et si on se choppe un tyran, il pourra faire n'importe quoi! Pour notre fac, y a pas de problème on a un bon directeur, mais c'est un gros risque totalement inutile. Voila en gros un résumé ultra rapide de ce que je vois...

mats
30/11/2007, 21h01
Salut,
ce que tu dis est cohérent pour les facs de science ou de technologie mais le mal-aise est surtout présent dans les autres fac : histoire, lettres, psycho, ... Les fonds privés risquent d'être assez rare dans ces disciplines.

Bon, ceci dit, j'imagine qu'aux US ou en Angleterre on trouve aussi des historiens. Il faudrait peut-être développer l'idée des fondations.

Bye

Burn2
04/12/2007, 08h37
C'est pour ça que j'ai bien précisé que c'était au bon vouloir du directeur, pour les facs de lettre, s'ils ne peuvent gagner plus par cette méthode il est évident qu'ils ne le feront pas. Par contre la différence entre les fac de science ou ça investira et les fac de lettre sera plus grande, sauf si l'argent précédemment investi dans les fac de science est investi dans les fac de lettre. Mais il restera toujours les problèmes précédemment cité plus haut. J'ai aussi entendu le président parler d'une hausse du prix par élève à 3000€ d'investissement pour les étudiants. Donc normalement ça augmentera aussi. Cela dit comme je l'ai dit plus haut ça ne reste pas tout rose...

oh!rocks
18/12/2007, 22h49
Je ne voulais pas ouvrir une news rien que pour ça alors je remonte ce sujet et j'y ajoute ceci : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-...1-991184,0.html (http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-651865,36-991097@51-991184,0.html)

CQFD


à plus,

oh!rocks

Agemen
18/12/2007, 23h10
llooll!!!
J'ai failli accepter d'être Microsoft Student Partner... mais j'aurais été incapable de faire la promo de Kro$oft, c'est au delà de mes forces. Les conférences, pourquoi pas... la promo surement pas. Ou alors armé d'un livecd :P :P :P

LUCCI
19/12/2007, 01h24
Microsoft doit rémunérer des étudiants pour faire ce qui est fait par les assos d'utilisateurs de logiciels Libres. Ils doivent vraiment se sentir menacé les pauvres ;)
Jsuis plus étudiant depuis 3 mois, je regrette de ne pas avoir demander à Novell une gratification pour avoir propagé la bonne parole et avoir incité à la migration.

Nuke-Refugee
19/12/2007, 02h56
llooll!!!
J'ai failli accepter d'être Microsoft Student Partner... mais j'aurais été incapable de faire la promo de Kro$oft, c'est au delà de mes forces. Les conférences, pourquoi pas... la promo surement pas. Ou alors armé d'un livecd :P :P :P[/b]

... Ben justement, tu aurais dû accepter, rien que pour qu'un autre n'aille pas répandre <strike>la bonne parole</strike> la propagande... Et rien que pour les faire ch*** en démontrant par A + B tout le contraire de ce qu'ils veulent nous faire avaler!
Enfin en même temps il doit y avoir des engagements et des contrats... Ca aurait peut-être risqué de t'attirer des ennuis (?).

Seb.

xiloa
19/12/2007, 12h32
C'est là que je fais part de mon expérience d'ancien élu universitaire.

Sur mon campus, il y avait les deux, université et école d'ingénieurs.
Oui, les entreprises privés font le siège des universités pour influencer les programmes.

Pourquoi un tel acharnement?
Parce que la différence fondamentale entre une école d'ingénieurs - que je respecte - et une université est le caractère justement universel de l'apprentissage.
L'ecole d'ing. a des objectifs beaucoup plus pragmatiques et immédiats : former des ingénieurs disponibles et opérationnels immédiatement par l'entreprise. dire que les programmes ne sont pas influencés par le privé n'est pas sérieux. On trouve même des écoles d'ingénieurs "construites" par l'entreprise ou l'industrie dominante localement.

Probleme : Ces ingénieurs coutent chers, les formations souvent en partenariat avec les entreprises leur coutent chers, et ils sont par ailleurs trop peu nombreux.

Avantage de l'université : les étudiants sont nombreux, les formations financées par le public; Or, l'objectif de la formation est la recherche et pas la production. C'est genant, plus l'etudiant est diplomé, plus on perd de temps à l'adapter à l'entreprise.
Exemple vécu : L'usine tartenpion, qui moule du plastique, elle veut des gens opérationnels sur son plastique, pas des chimistes généralistes.
Du coup, l'usine tartenpion, elle va proposer à l'Université de labelliser une formation, moyennant quelques aménagements, par exemple que les étudiants travaillent sur le plastique tartenpion. Bénéfice net : tartenpion aura des salariés de haut niveau bien formés au frais de l'Université -donc de la Nation.
Probleme 1 :
Pas de bol, le nouveau dispositif ne fera pas découvrir le plastique du 21e siecle qui sera découvert en chine ou en inde. Tartenpion est condamné à moyenne ou longue échéance. C'est ballot.
probleme 2 : ce con d'étudiant diplomé, il peut aller où il veut, il a un diplôme national - le programme , de mon temps, était identique à 80% quelle que soit la région ou l'université;

vous me direz que j'ai forcé le trait. Oui.
Mais il y a des passages croustillants. Dans les années 70, la patronat avait demandé la mort des filières molles ( psycho, histoire, lettres .. ) jusqu'à ce que l'UIMM se rende compte qu'elle avait besoin de psychologue du ravail pour amenager ses circuits de production...

raf
26/03/2008, 17h22
Le père Noêl est bien en avance à Paris VI
... pour les étudiants :
Office 07 intégrale à petit prix : Access, Word, Excel, Powerpoint, Publisher, OneNote, Outlook, Infopath et Groove pour 52 euros (licence perpétuelle) ou 18 euros (licence valable 1 an).
+ l'accès au téléchargement gratuit des appli MS telles que :
OneNote 07, Visual studio 08 Pro, W$ server 03 standard, SQL Server 2005, Visio Pro 07, Project 07, Infopath 07, Expression Studio.
- ... les enseignants ne sont pas oubliés
Lors de la présence au programme de l'enseignement d'un produit MS (hors bureautique), l'enseignant pédagogue (!) peut avoir recours à l'abonnement au programme MSDNAA. Il lui permettra... d'équiper les ordinateurs dits "pédagogiques" de ses salles de cours et pourra ainsi, faire profiter gratuitement ses étudiants et ses collègues des logiciels de la gamme MS.

Qu'est-ce qu'on dit ? <_<

Agemen
27/03/2008, 00h53
52 Euros, pour moi qui suis étudiant, c'est encore trop. Donc on dit "allez vous faire voir" ;) .