• Munich abandonne LiMux

    La ville de Munich a décidé de revenir au tout Windows le 23 novembre dernier. Ses administrations utilisaient depuis 2005 une distribution GNU/Linux spécifiquement créée pour elles – LiMux.

    Une aventure qui commence au début des années 2000

    C'est en mai 2003, alors que Windows NT approche de sa fin de vie, que la ville Munich décide de passer son administration sous Linux. Cela fait de la ville une pionnière dans le domaine, comme la gendarmerie en France !

    En 2005 commence à proprement parler la migration, qui va s'étaler jusqu'en 2013. Une distribution spécifique est créée, LiMux, basée sur Debian puis sur Ubuntu. Le cap des 15 000 postes est alors dépassé, même si une part non-négligeable d'installations reste sous Windows pour des raisons de compatibilité. Selon TechRepublic, il y en a encore aujourd'hui plus de 4 000, pour environ 20 000 postes sous Linux.

    Le vent tourne à partir de 2014

    En 2014, un nouveau maire, Dieter Reiter est élu à la tête de Munich. Pro-Microsoft – il s'est notamment félicité d'avoir joué un rôle dans l'implantation du siège de la division allemande de Microsoft à Munich – il n'hésite pas à critiquer publiquement LiMux.

    En 2016, Reiter commissionne une étude pour évaluer l'état des services informatiques de la ville. Cette étude est réalisée par Accenture – partenaire reconnu de Microsoft. Sa conclusion suggère de passer à Windows et aux produits Microsoft. Cependant, selon Matthias Kirschner, président de la FSFE, l'étude n'a pas tant critiqué le système LiMux qu'elle n'a souligné des problèmes d'ordre organisationnel, qu'une simple migration vers Windows ne peut corriger (voir la vidéo plus bas).

    Par exemple, toujours selon Matthias Kirschner, le manque de coordination entre les services pour la mise à jour des postes de travail entraînent une multiplication des versions des systèmes d'exploitation dans le parc, source de problèmes de compatibilité. En comptant les postes encore sous Windows, c'est jusqu'à 15 versions d'OS qui peuvent coexister ! La fréquence de mise à jour est parfois juste insuffisante : pour les utilisateurs, cela se traduit par des bugs qui traînent depuis des années tout simplement parce que la correction n'a pas été propagée.



    (Vidéo en anglais : vous pouvez la télécharger ici ainsi que des sous-titres en français .)

    Quelques mois après cette étude, en février 2017, une motion du conseil municipal de Munich porte un coup sévère à LiMux. Elle indique que « l'administration devra proposer sans délai une stratégie pour unifier l'architecture informatique client de la ville avant le 31 décembre 2020, basée sur des clients Windows encore à développer ».

    Enfin, tout récemment, le 23 novembre dernier exactement, la décision de passer à Windows est actée. La migration s'étalera de 2020 à 2023.

    Quelles leçons tirer de cet échec du logiciel libre ?

    Le bureau est encore une fois présenté comme le maillon faible des systèmes basés sur Linux. Y a-t-il réellement un manque de solutions clés en main adaptées aux problématiques des grandes administrations ?

    Une des pistes à explorer peut-être se trouve dans la manière de présenter et de « vendre » le logiciel libre. Celui-ci semble encore considéré par beaucoup simplement comme la solution la moins chère. Or, beaucoup d'autres enjeux entrent en ligne de compte, notamment le contrôle des informations et de leur traitement. Réussir à faire passer ces enjeux avant l'aspect « réduction des coûts » dans la tête des décideurs peut être un déclencheur.

    Cela contribuerait aussi à résoudre les problèmes liés au manque de moyens. En effet, ce sont souvent des passionnés qui poussent à passer au libre et travaillent pour le libre. Ils ne comptent pas leurs heures mais sont-ils assez nombreux, assez soutenus ? Les individus ne doivent pas être les seuls à s'investir : les organisations doivent prendre en compte tous les enjeux et davantage mettre la main à la pâte.

    Le fait est que beaucoup d'entreprises contribuent déjà aux logiciels libres, mais leurs efforts portent relativement peu sur le desktop. Pousser les organisations à injecter davantage de moyens et de compétences dans le bureau sous Linux, un nouveau défi ? ■


    Sources et liens complémentaires :

    • Par rapport à la décision du 23 novembre dernier :
      • Sur Développez.com, Munich a décidé d'abandonner LiMux pour Windows 10 à partir de 2020 (lien).
      • Sur Numerama, Munich acte l’abandon de Linux au profit de Windows 10 (lien).

    • Par rapport à l'étude menée par Accenture :
      • Sur TechRepublic, Open-source pioneer Munich debates report that suggests abandoning Linux for Windows 10 (lien).

    • Sur les enseignements que l'on peut tirer de cet échec :
      • Sur Développez.com, LiMux : le directeur de la FSFE revient sur les problèmes du passage de Munich vers Linux (lien).
      • Sur YouTube, openSUSE Conference 2017 Limux: The loss of a lighthouse (lien). Une vidéo qui date de la dernière conférence openSUSE en mai 2017 donc quelques mois avant que la décision de passer à Windows ne soit prise officiellement.

    Commentaires 13 Commentaires
    1. Avatar de sogal
      sogal -
      Merci pour cet article. C'est en effet un coup dur et un signal assez fort en défaveur de l'adoption de solutions libres.
      Un des freins aussi de l'adoption dans les entreprises, c'est le manque de formation, tant du personnel qui doit administrer ces postes, que de celui qui doit l'utiliser. Il faut des techs bien formés et qui soient capables aussi d'aider les utilisateurs finaux.
      Enfin, il y a, je pense, l'aspect historique et son impact psychologique : il est rare que des organisations (publiques ou privées) débutent directement sous Linux, avec une infra sous Linux également. Elles sont généralement déjà sous Windows et envisagent la migration qui est une étape difficile et très sujette au "c'était mieux avant"...
    1. Avatar de Grenouille
      Grenouille -
      Vraiment décevant...
    1. Avatar de arnaudk
      arnaudk -
      La principale erreur dans cette histoire est d'avoir claqué des sommes astronomiques sur une distribution spécifique basée sur Ubuntu qui, je le rappelle, n'est pas fait pour le monde de l'entreprise.

      Si Munich avait opté pour SUSE Linux Enterprise ou RHEL, l'histoire aurait pu être différente, les deux éditeurs auraient, je pense pour leur image, tout fait pour corriger les bugs dans des temps records
    1. Avatar de Antoine
      Antoine -
      Citation Envoyé par arnaudk Voir le message
      La principale erreur dans cette histoire est d'avoir claqué des sommes astronomiques sur une distribution spécifique basée sur Ubuntu qui, je le rappelle, n'est pas fait pour le monde de l'entreprise.

      Si Munich avait opté pour SUSE Linux Enterprise ou RHEL, l'histoire aurait pu être différente, les deux éditeurs auraient, je pense pour leur image, tout fait pour corriger les bugs dans des temps records
      Fanboy detected ;-)

      Sinon la gendarmerie utilise une distribution basée sur Ubuntu. Bon après c'est peut-être un chouia différent des autres administrations.
    1. Avatar de arnaudk
      arnaudk -
      Citation Envoyé par Antoine Voir le message
      Fanboy detected ;-)

      Sinon la gendarmerie utilise une distribution basée sur Ubuntu. Bon après c'est peut-être un chouia différent des autres administrations.
      Il y a en Inde et aux USA des déploiements de RHEL et de SLED qui ont bien fonctionné. LiMUX était pour moi une erreur monumentale, le coût pour la maintenance de la distribution, les mises à jour... revenaient à la ville de Munich bien plus cher que les licences Windows.

      Déployer ce genre de distribution pour un LUG ou des serveurs Apache pourquoi pas. Mais ici il s'agit d'une administration qui échange avec de nombreuses entités et dont les employés sont très réticents au changement. La moindre erreur, le moindre retard, et c'est le drame (je travaille chez un gros éditeur et le secteur public est peu flexible. La moindre indication en anglais par exemple et ça devient un incident diplomatique)
    1. Avatar de Antoine
      Antoine -
      Citation Envoyé par arnaudk Voir le message
      Il y a en Inde et aux USA des déploiements de RHEL et de SLED qui ont bien fonctionné. LiMUX était pour moi une erreur monumentale, le coût pour la maintenance de la distribution, les mises à jour... revenaient à la ville de Munich bien plus cher que les licences Windows.
      Chiffres ? Sources ?


      Citation Envoyé par arnaudk Voir le message
      Déployer ce genre de distribution pour un LUG ou des serveurs Apache pourquoi pas. Mais ici il s'agit d'une administration qui échange avec de nombreuses entités et dont les employés sont très réticents au changement. La moindre erreur, le moindre retard, et c'est le drame (je travaille chez un gros éditeur et le secteur public est peu flexible. La moindre indication en anglais par exemple et ça devient un incident diplomatique)
      Cela n'explique pas comment GendBuntu a "réussi" dans ce cas. Tu vas me dire, on n'a pas d'info sur un quelconque taux de satisfaction…
    1. Avatar de Antoine
      Antoine -
      Oui, ça je n'en doute pas trop :-/ c'est plutôt la deuxième partie qui m'intéresse, étant donné que c'est le sujet de cet article :

      Citation Envoyé par arnaudk Voir le message
      Il y a en Inde et aux USA des déploiements de RHEL et de SLED qui ont bien fonctionné. LiMUX était pour moi une erreur monumentale, le coût pour la maintenance de la distribution, les mises à jour... revenaient à la ville de Munich bien plus cher que les licences Windows.
    1. Avatar de arnaudk
      arnaudk -
      Citation Envoyé par Antoine Voir le message
      Oui, ça je n'en doute pas trop :-/ c'est plutôt la deuxième partie qui m'intéresse, étant donné que c'est le sujet de cet article :
      http://www.zdnet.com/article/after-a...ws-and-office/

      ça coute plus cher qu'une solution full Microsoft, quelle que soit l'étude faite
    1. Avatar de Antoine
      Antoine -
      n fact, the original 2003 study projected that the “proprietary solution,” based on Windows and Microsoft Office, would have cost 35 million Euro, or about 2.5 million Euro less than the open-source alternative after accounting for personnel and training costs
      Étude originale en 2003 -> solution Open Source 2,5 millions d'euros plus chère que la solution propriétaire.

      La solution Open Source aurait été tout de même privilégiée pour des raisons d'indépendance vis-à-vis « des fournisseurs de logiciels » (toujours d'après l'article, un peu plus haut).

      A 2012 report commissioned by the city boasted that the migration had actually saved 11.6 million Euro, including 5 million Euro in hardware upgrade costs required for Windows 7 and licensing costs of 4.2 million Euro for Windows and 2.6 million Euro for Office on 15,000 municipal PCs. The city’s report estimated the costs of personnel and training as identical at roughly 22 million Euro in either scenario.
      En 2012 -> solution Open Source 11,6 millions d'euros moins chère que la solution propriétaire.

      Microsoft disputed those results with a study it commissioned in early 2013 that reportedly showed the LiMux project costing more than 60 million Euro, compared to the 17 million Euro that the company said a Windows XP and Office solution would have cost. City officials said the report was based on “flawed assumptions.”
      Microsoft conteste cette étude -> solution Open Source 60 - 17 = 43 millions d'euros plus chère que la solution propriétaire.

      Donc dire :

      Citation Envoyé par arnaudk Voir le message
      http://www.zdnet.com/article/after-a...ws-and-office/

      ça coute plus cher qu'une solution full Microsoft, quelle que soit l'étude faite
      est juste factuellement faux : les études sont contradictoires. Et c'est d'ailleurs un point qui a été évoquée par Matthias Kirschner dans la vidéo qui est dans l'article ;-)

      Bref, je m'arrête là personnellement. Bon réveillon !
    1. Avatar de William Massias
      William Massias -
      Après avoir tout lu......
      Si le maire est "pro-Microsoft"......
      Cela parle de soi-même. Après, les "études" nous savons bien qu'on peut leur faire dire ce que l'on veut. Si on veut prouver quelque-chose, on va faire en sorte de le prouver. L'éthique, l'indépendance, la transparence, tout ce qui fait Linux, tout le monde s'en fout à ce niveau.
      Quand au choix du partenaire Linux, il y a certainement à dire. Mais en 2005, c'était tout petit Linux. Et Suse bien loin....
      Aujourd'hui, ce serait peut-être différent. Mais le Maire est toujours là !
      Bonne fin d'année
    1. Avatar de Torrent
      Torrent -
      Barcelone quitte les coté obscur de la force

      http://www.zdnet.fr/actualites/barce...e-39862672.htm

      Vive les Catalans
    1. Avatar de Grenouille
      Grenouille -
      Bonne nouvelle!
  • Dons / Adhésion


    Dons
    Si vous aimez notre site web et que vous voulez participer financièrement, vous pouvez nous faire un don grâce à PayPal.


    Choisissez votre somme, et cliquez sur le bouton "donate" ci-dessous.



    Adhésion
    Si vous désirez être membre de notre association, vous pouvez aussi adhérer grâce à PayPal.


    Cliquez sur le bouton "PayPal" ci-dessous.

  • SUSECon 2017

     
    SUSEcon 2017
     
     
  • Derniers commentaires d'articles

    jtro

    Publication d'openSUSE Leap 15.0

    oui,ça change un peu,les raccourcis clavier de gnome shell sont conservés apparemment. Je trouve ça... Voir le dernier message

    jtro le 15/06/2018 08h43
    sogal

    Publication d'openSUSE Leap 15.0

    Si, ça correspond à GNOME 3 version Classique, adapté à la sauce SLE. C'est pas mal et pas... Voir le dernier message

    sogal le 15/06/2018 07h56
    jtro

    Publication d'openSUSE Leap 15.0

    à l'écran de login,parmi les options de session avec gdm,j' ai entre autres "sle classique" que je... Voir le dernier message

    jtro le 14/06/2018 21h22
    jtro

    Publication d'openSUSE Leap 15.0

    installée via zypper dup depuis la 42.2 sans passer par la case 42.3.
    débit d'enfer,200 ko/s quand... Voir le dernier message

    jtro le 14/06/2018 16h42