Aller au contenu principal
Sujet: openSUSE LEAP va t'elle continuer au-delà de la 15.5? (Lu 6299 fois) sujet précédent - sujet suivant

Re : openSUSE LEAP va t'elle continuer au-delà de la 15.5?

Répondre #120
Merci pour les infos, clairement ça m'oriente aussi sur le fait de quitter suse.

Après vu l'évolution il n'est pas sûr que le maintient des paquets permettent de tenir sur la 15.5.
Si les gens ne sont pas satisfait de ce qu'annonce l'équipe, ils peuvent décider d'arrêter de collaborer avant la fin annoncé d'openSuse.

Donc il n'est déjà même pas sûr que la motivation des gens et que le suivit des paquets soit aussi "bon" sur la 15.5. :/

En perso je pense que je vais m'orienter vers une manjaro même si ça me bote moyen, pour mes parents sans doute une debian vu leur usage simple.
ça devrait suffire maintenant que leur matériel est supporté.

Re : openSUSE LEAP va t'elle continuer au-delà de la 15.5?

Répondre #121
J'espère me tromper mais j'ai l'impression qu'ils sont en train de dire que tumbleweed deviendrait une sorte de brouillon, du moins l'endroit où se développera le reste. Ce que j'aime chez tumbleweed c'était justement cette solidité et ce même dans leur rolling. Je croise les doigts.

Re : openSUSE LEAP va t'elle continuer au-delà de la 15.5?

Répondre #122
Traduction du lien plus haut

Distributeurs entrant dans Flatpakland Par Jonathan Corbet

Les distributions Linux ont beaucoup changé au cours des 30 dernières années, mais la façon dont elles conditionnent les logiciels est restée relativement statique. Alors que les formats .deb et RPM (et autres) ont évolué avec le temps, leur forme actuelle ne serait pas méconnaissable pour leurs créateurs. Cependant, les distributeurs poussent au changement. Les projets Fedora et openSUSE s'efforcent de réduire le rôle du vénérable format RPM et de passer à Flatpak pour une grande partie de leur distribution de logiciels ; cependant, certains utilisateurs ont du mal à convaincre que c'est une bonne idée.

    Un paquet binaire traditionnel d'une distribution contient le programme qui vous intéresse, bien sûr, ainsi que tous les fichiers supplémentaires dont il a besoin. Le package contient également des métadonnées décrivant, entre autres, quels autres packages doivent être installés pour que le programme fonctionne. Le gestionnaire de packages de la distribution utilise ces informations de dépendance pour s'assurer que chaque package est correctement installé.

    Le format Flatpak a été décrit comme "juste un autre format de distribution" et, dans une certaine mesure, c'est vrai. Un package Flatpak (ou, simplement, "un flatpak") a tout ce qu'un package .deb ou RPM aurait, mais il existe des différences significatives. Peut-être en haut de la liste se trouve la façon dont les dépendances sont gérées. Un package traditionnel aura une liste (éventuellement longue) indiquant tous les autres packages nécessaires ; un package Flatpak, à la place, listera un seul "runtime" contenant l'ensemble de base des bibliothèques sur lesquelles le package est construit. S'il existe des bibliothèques ou d'autres dépendances qui n'apparaissent pas dans l'environnement d'exécution de votre choix, elles sont simplement regroupées avec l'application dans son flatpak.

    Cet arrangement a un certain attrait pour les conditionneurs. L'approche "runtime plus bundling" simplifie la gestion des dépendances, et la possibilité de regrouper des versions corrigées du système ou des bibliothèques d'exécution est appelée en tant que fonctionnalité Flatpak. Un package créé pour un runtime donné peut être installé sur n'importe quel système sur lequel ce runtime est installé, ce qui permet de créer un seul package pouvant être installé sur plusieurs distributions. Les distributeurs peuvent ainsi utiliser ce format pour se simplifier la vie ; les fournisseurs de packages propriétaires voient également un charme évident dans cette idée.

    Dans un sens, Flatpak a entrepris de résoudre bon nombre des mêmes problèmes que l'effort malheureux de Linux Standard Base résolu il y a de nombreuses années.

    Flatpak est conçu pour fonctionner avec des distributions construites autour d'un noyau immuable ; il ne s'installera pas dans les répertoires système comme /etc ou /usr/bin . Cela le rend attrayant pour les distributeurs qui essaient de créer ce type d'offre.

    Un autre argument de vente clé pour Flatpak est le mécanisme de bac à sable intégré. Les applications installées avec Flatpak seront, par défaut, exécutées dans un conteneur qui n'a pratiquement aucun accès au système sous-jacent ou à Internet. Grâce à des déclarations dans le fichier manifeste utilisé pour créer le package, une application spécifique peut demander l'accès, par exemple, aux fichiers locaux de l'utilisateur, à Internet ou au serveur du système de fenêtres. En théorie, au moins, ce bac à sable rend l'installation des packages plus sûre et limite les dommages pouvant être causés par un package compromis ou malveillant.

    Flatpak n'est pas sans critiques. Bien que les packages puissent partager le même environnement d'exécution, rien n'empêche une prolifération d'environnements d'exécution et de versions ; cela semble déjà se produire dans une certaine mesure. Les runtimes et les packages eux-mêmes sont volumineux, ce qui augmente considérablement la quantité d'espace de stockage et de mémoire consommée. Il est courant que les applications demandent l'accès aux fichiers locaux et à Internet, qu'elles en aient besoin ou non, au point que certains voient les affirmations du bac à sable de Flatpak comme étant plus exagérées que la réalité.

    Tout cela s'ajoute à une certaine opposition à l'utilisation de Flatpak. Il semble également possible qu'une grande partie de l'opposition à Flatpak puisse résulter d'une résistance instinctive à changer la façon dont les choses ont toujours été faites.

    Flathub (non) filtré de Fedora

    Du côté de Fedora, la discussion a été attisée par cette proposition de modification de Fedora 37 supprimant les filtres actuellement appliqués au référentiel de packages Flathub dans l'application logicielle GNOME de Fedora . Une fois le filtre supprimé, tous les packages disponibles sur Flathub, y compris ceux contenant des logiciels propriétaires ou des programmes qui, pour des raisons telles que des problèmes de brevets, ne peuvent pas être livrés avec Fedora, seront disponibles pour être installés. Flathub dans son ensemble sera toujours désactivé, à moins que les utilisateurs n'activent les référentiels tiers.

    On dit que les avantages de ce changement sont qu'il rend plus de logiciels facilement disponibles pour les utilisateurs de Fedora et rend ce logiciel plus sûr en le mettant en bac à sable. Cette dernière raison fait partie des raisons pour lesquelles l'outil logiciel GNOME préférera les flatpaks aux packages RPM traditionnels lorsque les deux sont disponibles. Mais il y a des membres vocaux de la communauté Fedora qui sont fortement opposés à l'idée. Vitaly Zaitsev, par exemple, s'est plaint de la préférence pour les flatpaks, affirmant que cela amènerait les flatpaks à remplacer les packages RPM lors de la mise à jour d'un système. Un grand nombre des points mentionnés ci-dessus - la taille de l'installation et les bacs à sable poreux, par exemple - ont été soulevés dans cette discussion, tout comme le parti pris perçu contre le référentiel RPM Fusion, qui a été discuté en profondeur ici en juin.

    Il semble peu probable que ces objections arrêtent le non-filtrage de Flathub - ou la transition vers Flatpak en général. La distribution semble engagée dans cette direction, et la variante Silverblue , qui est construite autour d'une installation de base immuable, nécessite déjà Flatpak. Au cours de la discussion, Michael Catanzaro a vanté les avantages de sécurité du format et a souligné que, malgré des années de plaintes, les opposants à Flatpak n'ont pas proposé d'alternative viable offrant des avantages de sécurité similaires. Richard Hughes a fait valoir que " "les flatpaks sont dans presque tous les cas ce que les utilisateurs devraient utiliser" ". À moins que quelque chose ne change, il semble que le futur Flatpak de Fedora avance à toute vitesse.

    Les ALP d'OpenSUSE sont plats

    En avril, SUSE a annoncé un effort connu sous le nom de "plate-forme Linux adaptable" (ALP) qui est, d'une certaine manière, destiné à définir l'avenir de la distribution SUSE Linux Enterprise (SLE). Il y avait beaucoup de texte sur la façon dont le processus serait ouvert, mais les observateurs extérieurs pourraient être pardonnés de penser que l'ALP reste assez trouble jusqu'à présent. Il n'y a pas encore beaucoup d'informations publiques sur ce que sera ALP ou comment cela affectera les offres d'entreprise de SUSE ou openSUSE. Les indices qui sont sortis, cependant, suggèrent une distribution construite sur un petit noyau immuable avec des applications gérées séparément, très probablement en utilisant un format comme Flatpak.

    Le 5 juillet, Dan Čermák a publié le procès-verbal d'une réunion du groupe de travail ALP qui portait sur « à "quoi ressemblera le bureau ALP et comment nous pouvons dissiper les craintes concernant les flatpaks et les conteneurs en ce qui concerne le bureau ALP" ». Le procès-verbal note que Flatpak sera effectivement utilisé comme format de distribution, mais souligne qu'il ne serait pas nécessaire d'installer des flatpaks à partir de sources externes comme Flathub ; " "le modèle d'emballage ne changera pas, seul le format" ".

    Interrogé sur les avantages du passage au flatpak, Čermák a mentionné le mécanisme de sandboxing, mais a déclaré que le principal avantage résidait dans la réduction du travail d'emballage. Les applications de bureau telles que Firefox ou LibreOffice pourraient être construites une fois sur la distribution openSUSE Tumbleweed , puis expédiées pour Tumbleweed, Leap , ALP et probablement tout ce que SUSE pourrait créer. Il n'est pas difficile de comprendre pourquoi les distributeurs sont attirés par une option qui pourrait réduire considérablement la quantité de travail nécessaire pour maintenir les packages actuels d'applications complexes.

    Il y avait également une opposition fondamentale à l'utilisation de Flatpak dans la communauté openSUSE. Robert Kaiser, par exemple, a déclaré " "s'il ne reste plus de distribution basée sur RPM sans cet emballage étrange comme flatpak, il est probablement temps de revenir à Windows" ". Dans l'ensemble, cependant, la communauté openSUSE semble moins agitée par la perspective - jusqu'à présent du moins. Il peut y avoir plusieurs raisons à cela, notamment un manque relatif d'expérience avec Flatpak dans la communauté openSUSE et la nature amorphe d'ALP en général. Mais cette assurance de Čermák ne peut qu'aider aussi :

        Tumbleweed sera le lieu où le développement aura lieu, mais il n'est pas prévu de modifier fondamentalement Tumbleweed. Vous pourrez toujours utiliser Tumbleweed comme vous l'utilisiez auparavant. De plus, vous pourrez utiliser les "trucs conteneurisés", mais vous n'aurez pas à le faire, du moins dans un avenir prévisible.

    Il pourrait bientôt arriver un moment où l'utilisation de Flatpak sur Fedora est inévitable, du moins lorsqu'il s'agit d'installer certaines applications complexes. Jusqu'à présent, openSUSE ne semble pas aller dans cette direction, donc les utilisateurs de Tumbleweed (qui constituent une grande partie de la communauté openSUSE) n'ont pas à craindre d'être poussés contre leur gré dans le monde Flatpak.

    Il ne faut pas sous-estimer la valeur de ce dernier point. Une grande partie de l'amertume autour de la transition systemd était certainement causée par le sentiment qu'elle était imposée aux utilisateurs qui étaient satisfaits de leur configuration existante et ne ressentaient pas le besoin de changer. Même si Flatpak est aussi bon que certains le prétendent, une transition mal gérée risque de créer des niveaux de mécontentement similaires.

    Cette transition semble susceptible de se produire ; dans une publication ultérieure , Čermák a remis en question la valeur de l'emballage de certaines applications complexes et a suggéré qu'elles ne puissent être mises à disposition que sous forme de flatpak si elles sont expédiées par la distribution. Robert Schweikert a dit plus succinctement : « "Ce que nous avons aujourd'hui a fonctionné raisonnablement bien pendant probablement environ 30 ans, mais le modèle montre certainement son âge" ». Évoluer pour répondre aux besoins actuels est exactement ce que les distributeurs doivent faire, et cette évolution apportera sûrement des changements visibles pour les utilisateurs finaux. La clé sera de gérer les changements avec sympathie pour ces utilisateurs et, espérons-le, d'éviter certaines des turbulences que nous avons vues avec les changements passés.

Re : openSUSE LEAP va t'elle continuer au-delà de la 15.5?

Répondre #123
Personnellement, je ne pense pas quitter leap immédiatement. Je veux voir comment cela évolue … Il est vrai que les nouvelles ne sont pas rassurantes mais pour l'instant leap 15.4 est bien maintenue. Quand ils vont lancer le développement de ALP, cela risque d'être différent mais ce n'est pas encore le cas.

Je fais des tests sur Mageia 8 en virtualisation et cela se passe bien. La prochaine étape sera de l'installer en dual boot avec leap, mais je ne suis pas trop pressé.

 

Re : openSUSE LEAP va t'elle continuer au-delà de la 15.5?

Répondre #124
Hello,

Comme dis dans un autre post, c'est bien la première fois que je reste aussi longtemps sur une distro comme cette OpenSuse Tumbleweed ... c'est dire si je suis content, ma dernière Susy datant de la 10.

Au vu de l'annonce, je teste d'autres distro, surtout en mode Rolling, car c'est ce que je recherche le plus.

J'aime beaucoup Manjaro, mais cette dernière ne m'apporte pas ce que OpenSuse m'apporte, une meilleur gestion des applications recherchée, du fait que beaucoup de distributeurs font des app pour apt et rpm, et quasi rien pour Arch et ces forks.

Il deviens donc compliqué de trouvé du Rolling, hormis Fedora .. mais cette dernière, je sait pas, j'arrive pas à coller avec.

Mageia ... j'ai un peu l'impression de la trouvé vieillotte .... ou alors, je me fait une idée.

Pour le reste, c'est même pas une histoire de DE, vu que de ce côté là, plus rien ne bouge ... je dirai même, ça végète

Re : openSUSE LEAP va t'elle continuer au-delà de la 15.5?

Répondre #125
...

Mageia ... j'ai un peu l'impression de la trouvée vieillotte .... ou alors, je me fait une idée.

...


Je suis d'accord avec toi, elle me parait aussi un peu vieillotte. Mais cela marche bien et c'est une rare distribution qui ait un équivalent de Yast.

Re : openSUSE LEAP va t'elle continuer au-delà de la 15.5?

Répondre #126
Actuellement, je suis occupé à tester la MX Linux en DE KDE avec les backports de "Test" ouvert

C'est stable, bien fait, mais moins fluide que OpenSuse, il faut dire que le kernel est en N-2 en comparaison à Suse, et il est un peu trop fourni.

Si demain, OpenSuse dois disparaître, le choix va être difficile à prendre

Re : openSUSE LEAP va t'elle continuer au-delà de la 15.5?

Répondre #127
...

Mageia ... j'ai un peu l'impression de la trouvé vieillotte .... ou alors, je me fait une idée.

Pour le reste, c'est même pas une histoire de DE, vu que de ce côté là, plus rien ne bouge ... je dirai même, ça végète

Actuellement, je suis occupé à tester la MX Linux en DE KDE avec les backports de "Test" ouvert
...

Que veux-tu dire par "DE"? Je ne comprends pas.

Re : openSUSE LEAP va t'elle continuer au-delà de la 15.5?

Répondre #128
Bonsoir scroll44,


DE stipule le bureau, ici je parle de KDE, mais je pourrai aussi très bien dire un DE Gnome ou Xfce etc etc

Je pense que cela veut dire Desktop Environnement ... que l'on me corrige si je me trompe

Re : openSUSE LEAP va t'elle continuer au-delà de la 15.5?

Répondre #129
DE=desktop environment= environnement de bureau= gnome,kde,xfce,lxqt,etc...
DM=display manager=gestionnaire de connexion= gdm,sddm,xdm,lxdm,etc...

Re : openSUSE LEAP va t'elle continuer au-delà de la 15.5?

Répondre #130
...

Mageia ... j'ai un peu l'impression de la trouvée vieillotte .... ou alors, je me fait une idée.

...


Je suis d'accord avec toi, elle me parait aussi un peu vieillotte. Mais cela marche bien et c'est une rare distribution qui ait un équivalent de Yast.

Pour la prochaine version de Mageia, un projet a été lancé pour la rajeunir et la mettre toute belle.

Re : openSUSE LEAP va t'elle continuer au-delà de la 15.5?

Répondre #131
On a des infos précises sur ce que va devenir tumbleweed? si ça reste comme ça ou évolue?

Dans le choix des distribs, il y a un point faiblement évoqué, si on utilise du dual boot, on sera obligé lors du passage à windows 11 d'activer secure boot, il faut donc une distrib qui supporte secureboot. Et c'est là qu'on se rend compte que ce n'est pas le cas de beaucoup malheureusement.
Il y a des astuces pour le contourner, mais ça n'est pas une solution, certains jeux tournant sous windows 11 demande secureboot + TPM, donc ça posera un pb tôt ou tard, il faut se dire que pour l'instant notre seule échappatoire c'est de rester sous windows 10.
Je sais que steam marche sous linux, mais vu les jeux auxquels je joue (simulateur de vol du type DCS/Flightsimulator, et gros jeux), ce n'est pas vraiment envisageable pour l'instant.

Les variantes arch ne le supporte pas, sauf grosse bidouille type ingénieur avec des pages et des pages de commande.
Du coup pour l'instant ça exclue manjaro dans le choix de mes distribs
Opensuse Leap et tumbleweed le supportent nativement.
Mageia ce n'était pas le cas à ma dernière connaissance.

Point qui peut être très bloquant du coup.

C'est vraiment triste vers quoi va linux.
J'ai du mal à comprendre l'intéret par la suite d'avoir plusieurs distributions stables qui seront presque identiques vu que tout le principal sera en flatpak, il y avait déjà parfois peu de différence justifiant les nombreuses distributions, mais là ça sera encore pire je trouve.

Re : openSUSE LEAP va t'elle continuer au-delà de la 15.5?

Répondre #132
J'utilise Displaycal, maintenant uniquement disponible pour Leap avec Flatpack. Non seulement il faut aller récupérer les profils dans .var, mais en plus il est lent au démarrage et bogué. S'il en est de même avec les autres logiciels, on va s'amuser.

Re : openSUSE LEAP va t'elle continuer au-delà de la 15.5?

Répondre #133
J'ai quelques flatpak sur mon poste, et ils ne posent pas de problème, mais ce sont des logiciels "secondaires".
Style element/remina (pour avoir la dernière version) ou teams pour le boulot (celui là je suis bien content de le voir cloisonné en flatpak).
Tout le reste est natif en provenance des dépôts off.

Re : openSUSE LEAP va t'elle continuer au-delà de la 15.5?

Répondre #134
...
Dans le choix des distribs, il y a un point faiblement évoqué, si on utilise du dual boot, on sera obligé lors du passage à windows 11 d'activer secure boot, il faut donc une distrib qui supporte secureboot. Et c'est là qu'on se rend compte que ce n'est pas le cas de beaucoup malheureusement.
Il y a des astuces pour le contourner, mais ça n'est pas une solution, certains jeux tournant sous windows 11 demande secureboot + TPM, donc ça posera un pb tôt ou tard, il faut se dire que pour l'instant notre seule échappatoire c'est de rester sous windows 10.
Je sais que steam marche sous linux, mais vu les jeux auxquels je joue (simulateur de vol du type DCS/Flightsimulator, et gros jeux), ce n'est pas vraiment envisageable pour l'instant.

Les variantes arch ne le supporte pas, sauf grosse bidouille type ingénieur avec des pages et des pages de commande.
Du coup pour l'instant ça exclue manjaro dans le choix de mes distribs
Opensuse Leap et tumbleweed le supportent nativement.
Mageia ce n'était pas le cas à ma dernière connaissance.

Point qui peut être très bloquant du coup.
...

Intéressant comme informations, les jeux qui me tentent en majorité ne marchent pas ou mal avec steam.

Là tu m'évites de faire une boulette ! Je ne vais pas investir dans un windows (ce qui aurait été une régression de 15 ans de linux seul). Merci.