Aller au contenu principal
Sujet: Un cap clair est défini pour openSUSE Leap.  (Lu 733 fois) sujet précédent - sujet suivant

Re : Un cap clair est défini pour openSUSE Leap.

Répondre #15
Hello,

Dans le lien que tu donnes en #11  Chumi  à mon avis  la question n'était pas 'qui fait ou qui décide'
(Is Slowroll being discontinued? Will openSUSE be providing both Leap and Slowroll versions? )
 donc la réponse qu'ils y apportent ne me parait pas bien formulée (ca voulait sûrement dire que cela ne dépend que des "faiseurs" , voir que cela peut changer sans que l'on ne puisse rien y faire) .  Pire, elle contribue à la confusion.
La question était : slowroll sera t'elle faite.

Il semble que oui Slowroll sera faite.

Après quand ils disent que cela dépend de ceux qui font... la bonne blague, on s'en doute non ?

 Le type de management 'ceux qui font décident' par contre ca se discute car ce n'est pas toujours le cas, loin de là.
Est ce un plus ? Vaste débat.

Re : Un cap clair est défini pour openSUSE Leap.

Répondre #16
C'est un peu le problème, ça semble quand même flou ce futur.
On sait qu'ils manquent pas mal de monde pour packager etc, rajouter une branche en plus (slowroll) c'est forcément monopoliser plus de monde, surtout pour faire un truc propre.

Mais bon j'avoue que pour l'instant j'ai quand même du mal à me dire que ça sera pérenne.
J'ai pas l'impression que les foules soient motivées par la nouvelle LEAP ALP,  une partie des gens semblent plus motivés par slowroll pour ceux à qui ça conviendra, mais pour que ça marche faut vraiment un truc quali et une bonne visibilité, sinon les gens partiront directement sur tumbleweed pour ceux qui acceptent la rolling release, ou sur une autre distrib freezée (plus probablement debian ou au moins le futur reste stable et prévisible pour l'instant).

Re : Un cap clair est défini pour openSUSE Leap.

Répondre #17
Après quand ils disent que cela dépend de ceux qui font... la bonne blague, on s'en doute non ?

Le type de management 'ceux qui font décident' par contre ca se discute...

Bonjour,

Les consultations entraînent une certaine confusion quant aux prises de décision en dernier ressort. Je crois que l'intervenant que j'ai cité en est un exemple.

Ceux qui font, décident : oui c'est discutable de façon générale mais c'est un autre débat.

Re : Un cap clair est défini pour openSUSE Leap.

Répondre #18
;=)

Le futur sera toujours flou :=) (ou sinon tu m'expliques)

mais pour revenir à nos moutons là ils ne savent pas communiquer, ou alors ce n'est pas la priorité.

Là ils ont sabré , sabré , sabré , ca ne suffit plus (ont t'ils pensé un jour que ca suffirait ????)

-->  même les solutions de repli deviennent incertaines (??) (à court terme why not, mais pas pérenne à moyen/long terme je pense, car ca dépend des 'faiseurs' qui peuvent partir sans prévenir)

Le non investissement à ses limites, on le constate aisément dans notre pays.

Le problème du bénévolat , chacun fait ce qu'il veut donc voilà, ca peut tomber à l'eau ou pas selon la gestion derrière, ou le sens du vent ;)

Re : Un cap clair est défini pour openSUSE Leap.

Répondre #19
Le futur est toujours flou oui, mais là la le problème n'est pas le futur en soit, mais plus le fait que derrière, personne n'oriente clairement le bateau.
Comme tu le dis ce qui dépend du bénévolat peut avoir une fin par manque de motivation, mais là le problème de fond n'est pas là.
Le problème de fond c'est que quelque chose qui marchait est arrêté unilatéralement par l'entreprise ce qui est totalement différent. (et ça peut se comprendre par rapport à leur besoin de rentabilité là n'est pas la question ).

Là on est vraiment dans un concours de circonstance, la base est arrêté, et derrière personne ne dirige/communique clairement pour orienter les gens, motiver les troupes etc (côté OpenSuse). Ce n'est pas clair pour les gens du projets, ce n'est pas clair pour ceux qui l'utilisent. Donc forcément les forces vont se partager, voir se perdre et partir ailleurs.

On n'est pas sur un arrêt par manque de contribution/motivation (ce qui arrive souvent dans le monde de l'OpenSource/associatif), mais clairement parce que la base est arrêté par l'entreprise derrière (SUSE) ET parce qu'il n'existe personne pour féderer, communiquer vers slowroll ou ALP.
ça plus les annonces non réfléchies du on va sortir suse ALP a telle date (Leap 15.6 ne devait déjà pas exister) alors que dès le début c'était flagrant que ça ne serait pas possible (ou alors strictement rien n'avait filtré en externe et ce n'est pas non plus rassurant pour un projet openSource...), j'en avais d'ailleurs parlé dès le début.
Maintenant on nous rajoute (enfin je dirais) que si Leap ALP n'est pas dans les temps alors il y aurait une 15.7, mais cette manière de communiquer c'est un peu tard.

Maintenant si on résume, Leap ALP c'est le bon vouloir de SUSE, du coup y a un peu de communication sur une éventuelle date de sortie et de tout petits détails et c'est tout.
Suse slowroll c'est plus un choix d'une partie de la communauté, mais personnellement je ne vois aucune réelle information sur son avancé, aucune description sur son fonctionnement d'un point de vue maj, comment ça doit marcher etc. On n'a aucune date de sortie "officielle" planifiée etc.  On sait juste que c'est un freeze de tumbleweed plus ancien. Ok c'est bien, mais ça marche comment pour les majs de secu, et comment pour tous les paquets d'obs?
Comment veux tu motiver les gens à participer, sur un projet à l'état végétatif et pas sûr ou à défaut totalement opaque?
Les choix technologique et de fonctionnement, c'est ce qui doit exister avant, et rien n'est communiqué (est ce réfléchis?), bref la gestion de Projet.


Si je prends mon cas perso, je vois Leap ALP qui normalement ne doit pas me convenir donc que j'exclue, de l'autre slowroll ou j'aimerais savoir si ça le fera, mais comme il n'y a aucune information, aucune date ni rien, ça ne me rassure pas.
EN conclusion perso je m'oriente grandement vers un changement pour une autre distribution. Et je pense qu'à part debian je ne trouverais pas autre chose qui soit dans l'esprit de Leap et me convienne donc.

Et je trouve ça dommage, parce qu'à la base le problème c'est juste de communiquer, et réfléchir comment faire si c'est réalisable etc.

Re : Un cap clair est défini pour openSUSE Leap.

Répondre #20
Perso, je suis revenu sur Debian depuis quelques mois (je n'ai plus qu'un seul ordi en état de marche). Principalement parce que j'avais besoin d'un serveur Apache en "localhost".

C'était simple avec openSUSE et le paquet yast-http-server qui disposait d'une interface graphique un peu confuse mais qui me rendait bien service (je ne suis pas un expert de l'administration serveur).
Depuis la dispartition de ce paquet, je n'ai jamais réussi à configurer Apache correctement sur une openSUSE (Leap, TW ou "slowroll").

Ça m'a gonflé, je suis allé chez Debian. Même s'il faut tout configurer "à l'ancienne", il y a des tutos, des forums, en français comme en anglais, bref, j'ai un Apache fonctionnel et c'est, pour moi, la condition sine qua non pour adopter une distribution.

Je regarde le futur d'openSUSE avec beaucoup de circonspection et un peu de tristesse. Que SUSE privilégie sa distribution "entreprise" est tout à fait normal. Mais le manque de stratégie (car c'est de ça qu'il s'agit) concernant l'apport communautaire est inquiétant.

Ça rappelle les premières années Novell (circa 2010) lorsque avait été évoqué la possibilité de faire de SuSE une distribution exclusivement professionnelle pour concurrencer Red Hat. Ça n'avait pas fonctionné (heureusement !) mais apparemment, l'idée existe encore.  ALP ou microOS ne sont absolument pas destiné au "grand public", pas même aux utilisateurs un peu avertis dont je fais partie.

Le seul fork existant d'openSUSE est Gecko mais son développement est loin d'être aussi abouti que l'est la distribution originale.

Ce qui est dommage, c'est que Tumbleweed est une merveille absolue en terme de stabilité (donc de qualité en interne) est que j'aurais apprécié qu'elle devinsse de fait LA distribution communautaire permettant de concentrer les forces encore disponibles sur un seul projet déjà mature.

Comme souvent dans la déjà longue histoire de notre distribution préférée, des rebondissements ne sont pas à exclure. Donc, wait and see. En attendant, je ne peux que conseiller aux débutants de s'intéresser à Debian, histoire d'avoir une roue de secours plus que potable si le pire finalement arrivait.

Tant que ça ne change rien pour Alionet... ;)


à plus,
oh!rocks

Re : Un cap clair est défini pour openSUSE Leap.

Répondre #21
Pour gecko linux, il me semble que l'auteur est moins actif, et qu'il soit plus passé sur debian avec spiral linux.
D'ailleurs gecko ne fournie plus d'image basé sur leap (la dernière étant une 15.4).

 

Re : Un cap clair est défini pour openSUSE Leap.

Répondre #22
c'est le souci quand on utilise une distribution fille ou petite-fille (pas sûr que ça se dise).
Il faut être sûr que de trop important est modifié pour bifurquer vers la distribution mère si elle disparait